Tout savoir sur les carburateurs de moto

Un nouvel article aujourd’hui qui traite de la mécanique de la moto et qui différencie les carburateurs des super carburateurs.

Les carburateurs

L’indice d’octane

L’indice d’octane d’un carburant est un nombre qui détermine les caractéristiques anti-détonantes de ce carburant lorsqu’il est soumis à une compression et à l’élévation de la température. Il est dépendant de la composition chimique du carburant. Le mélange air-essence arrivant dans le moteur ne doit pas s’enflammer avant l’étincelle de bougie. Si la température et la pression seules permettent l’auto inflammation, le moteur part dans un cycle d’auto-allumage ou cliquetis. Ce phénomène peut entrainer une détérioration des organes tels que le piston, le cylindre ou encore les soupapes et à un moindre niveau une baisse de rendement.

Le fort indice d’octane permet donc de repousser les limites de ce cliquetis en supportant une plus forte compression à l’intérieur du cylindre. La puissance est ainsi augmentée. C’est pourquoi certaines motos de compétition, tournent avec des essences à indices d’octane très élevé, étant donné que les moteurs préparés disposent de pistons haute compression ou de culasses rabotées.

Les additifs

L’essence seule (ordinaire) ne disposant pas d’un indice d’octane assez élevé, des additifs à fort pouvoir anti-détonant ont été ajoutés pour permettre cette augmentation. On parle alors de supercarburant.

Le plomb

Les premiers additifs utilisés furent les alkyles de plomb, qui permettaient un bon indice d’octane mais qui avaient le gros inconvénient de produire comme résultat de la combustion, des oxydes de plomb qui se retrouvaient dans les aliments, dans l’air, dans l’eau. Les effets du plomb sur la santé sont les suivants : hypofertilité, avortements spontanées, atteintes du système cérébral… ces pathologies touchent plus particulièrement les enfants et les femmes enceintes.

Un autre problème avec le plomb était qu’il détrusait les pots catalytiques (obligatoires depuis 1993 sur les voitures neuves). Il a donc fallu trouver d’autres additifs puisque le plomb a été interdit en 2000.

Les aromatiques, ethers et alcools

D’autres composés ont pris le relais, comme par exemple les BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-Benzène, Xylènes) qui en terme d’effets sur la santé ne sont guère mieux que le plomb. Ils sont mutagènes et cancérigènes (surtout le Benzène) et forment par réaction avec d’autres polluants dans la troposphère, de l’ozone qui lui est irritant et peut provoquer des problèmes respiratoires.

Un éther est aussi de la partie, le MTBE (méthyl tertio butyl ether), ses effets sur la santé sont moins connus, mais il semblerait qu’il provoque maux de tête, irritation des yeux et toux.

Un alcool également : l’éthanol. De plus en plus en vogue avec le développement des bio-carburants, mais nous verrons ça dans un autre article.

Le potassium

Pour les moteurs anciens qui ne supportent pas le supercarburant sans plomb, le potassium est utilisé comme additif sous forme de fiole que vous mélangez avec du supercarburant SP98. Ici son rôle n’est pas d’assurer l’indice d’octane mais de remplacer certaines propriétés du plomb comme la lubrification.

 

Les Supercaburateurs

Après le principe de l’indice d’octane et les différents additifs mélangés au carburant, nous allons détailler ici les types de supercarburants et leurs effets sur nos motos.

Le supercarburant plombé

Il est interdit depuis 2000 en raison des effets nocifs pour la santé que peuvent avoir les oxydes de plomb qui résultent de sa combustion et également en raison de sa capacité à détruire les catalyseurs.

Le plomb utilisé comme additif, n’avait pas simplement comme effet l’augmentation de l’indice d’octane, mais également un rôle protecteur pour les sièges de soupapes, le cylindre et les segments. En effet les oxydes de plomb font preuve de caractéristiques amortissantes et lubrifiantesau grand bénéfice des pièces en mouvement. Le couple soupape / siège de soupape d’échappement, est particulièrement sensible à cette protection en raison des températures élevées et des particules qui peuvent résulter de la combustion. Sans cet effet protecteur, les soupapes, guides et sièges peuvent se gripper.

Les constructeurs de motos avant 1980 prenaient en compte cet effet dans la réalisation de leurs moteurs et les machines anciennes ont beaucoup de difficultés pour trouver une solution de remplacement.

Le supercarburant sans plomb SP95

Suite à l’apparition des catalyseurs sur les véhicules, il a fallu supprimer le plomb du carburant et ainsi le remplacer par d’autres composés, dans le but de conserver un indice d’octane élevé.

C’est alors qu’on été utilisés les BTX, le MTBE et l’éthanol comme additifs, qui remplissent bien leur fonction au niveau de l’indice d’octane mais qui n’ont pas l’effet protecteur qu’avaient les oxydes de plomb. Ils sont beaucoup plus agressifs pour les pièces en mouvement, surtout au niveau des soupapes et de leur siège.

De plus, la température de combustion de ce carburant est plus élevée que celle du carburant plombé et il subsiste des résidus noirs. Ces composés ont également un effet destructeur sur les caoutchoucs non adaptés, ils peuvent se ramollir, se déformer et provoquer de graves problèmes au niveau de la carburation.

Le SP95 est donc un savant mélange entre de l’essence et ces composés, pour obtenir un indice d’octane de 95.

Le supercarburant sans plomb SP98

Le principe est exactement le même que pour le SP95, sauf que la dose d’additifs est supérieure pour pouvoir obtenir un indice d’octane de 98 et les effets nocifs qui vont avec encore pires. Si la moto n’a pas été conçue pour tourner au 98 dès le départ, les risques sur les caoutchoucs, les soupapes et leur siège sont encore plus élevés, de plus les températures de combustion sont encore plus hautes.

Le seul intérêt du SP98 est d’avoir un indice d’octane plus élevé et donc, de supporter des compressions supérieures au SP95, et bien entendu de repousser les limites du cliquetis.

Le supercarburant ARS (en vente sous forme de flacon d’additif) :

C’est un mélange entre du SP98 ou du SP95 (pour pouvoir conserver un indice d’octane élevé) et un additif, du potassium,  qui a cette fois-ci comme rôle non pas l’augmentation de l’indice d’octane, mais la protection du moteur. Ses caractéristiques amortissantes sont proches de celles du plomb.

Quel carburant doit-on mettre dans nos motos ?

Pour une 125, qui plus est des 4 temps (donc pas des foudres de guerre), de rouler au SP95, sauf si le constructeur préconise explicitement le SP98. Ca peut être le cas si le moteur est conçu pour supporter une grosse compression. De toute manière, les motos récentes supportent les deux.

Pour les motos plus anciennes, un additif ARS est recommandé, mélangé au SP95.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *